CARE-EDOMSERVICES est une Association  de services à la personne, loi 1901 à but non lucratif  avec la Déclaration n°SAP798056081 délivré par le Préfet des Yvelines. Le siège de l’association est situé à Sartrouville. 

La mission que s’est fixée l’association consiste en l’accompagnement et l’assistance dans les tâches du quotidien des personnes âgées ou handicapées, ainsi que des personnes malades ou en difficulté passagère, et de faire en sorte que leurs liens sociaux ne soient pas coupés par l’isolement, la maladie ou le grand âge. Les tâches des aides à domicile ne se réduisent pas à de simples activités de ménage, mais comportent une importante dimension relationnelle. 

 

L’Association intervient la journée avec un minimum de deux heures, la nuit, 24h sur 24, 7j/7 régulièrement ou ponctuellement en service prestataire et emploi direct entre particulier employeur et salarié.

 

                                                                                                                                      Gardons contact

Notre équipe est à votre disposition
du lundi au vendredi, de 9h30 à 18h.
Vous pouvez nous contacter par téléphone au
0825 59 02 33
par e-mail: contact@care-edomservices.org
ou en cliquant ci-dessous :

 

                                                                        Envoyez un message


 

 


Voir la demande de paiement

 

#Les services à la personne face à la révolution numérique

 

#La revalorisation des prestations est devenue indispensable

 
 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Les perspectives des services à la personne sont toujours aussi prometteuses en France. Pour autant, l'émergence des plateformes en ligne d'intermédiation, à l'image de Helpling, Shiva et YoupiJob, laisse planer la menace d'une ubérisation et d'une dégradation des marges des prestataires, déjà à bas niveau. Dans ce contexte, les professionnels n'ont d'autre choix que de monter en gamme pour revaloriser leurs services et (re)stimuler la demande. Une stratégie qui suppose toutefois de relever de nombreux défis : s'inscrire dans une véritable logique servicielle, élargir le champ de compétences en misant sur les offres de bouquets, développer des marques fortes et évocatrices, optimiser la politique multicanal ou encore redorer l'image et l'attractivité du secteur. Les modèles et les leviers de croissance traditionnels doivent donc être naturellement repensés. Dès lors, à quelles évolutions du jeu concurrentiel faut-il s'attendre ? Et quelles sont les perspectives de 

croissance des entreprises de SAP d'ici 2018 ?

 

 

Les points clés de l'étude :

 

- L'émergence des plateformes d'intermédiation et le risque d'ubérisation du secteur

 

- Le numérique impacte lourdement le secteur des services à la personne. La montée en puissance des plateformes de mise en relation fait planer la menace d'une ubérisation du secteur et d'une dégradation à la fois de l'activité et des marges des prestataires de services.

 

- L'impérative montée en gamme pour revaloriser les services

 

- Compte tenu des bouleversements technologiques, mais aussi de l'évolution des besoins, les prestataires doivent impérativement opérer un saut qualitatif majeur afin de relancer leur activité. Un élargissement de leur offre via des stratégies de bouquets apparaît également incontournable. Pour ce faire, les visions écosystémiques basées sur les partenariats doivent prendre une importance croissante.

 

- L'analyse détaillée du marché et les marges des opérateurs privés

 

- L'étude analyse de manière détaillée le marché des SAP ainsi que les principaux acteurs, segment par segment. Les marges et la dynamique de croissance sont également présentées à travers l'analyse financière des acteurs privés, segmentée par positionnement : généralistes, garde d'enfants, travaux ménagers, aide aux personnes âgées et dépendantes.

 

PLAN DE L’ÉTUDE

SYNTHÈSE & CONCLUSIONS STRATÉGIQUES

 

Cette synthèse attire l'attention sur les grands enjeux et défis des acteurs des services à la personne. Elle met en évidence les formidables perspectives du (des) marché(s) en France et la nécessité pour les acteurs d'adopter des stratégies de croissance innovantes et des business models cohérents.

 

La structuration de l'offre et la stimulation de la demande, enjeux latents mais pas encore réellement relevés pour faire décoller la filière, dépendront du dynamisme et de l'esprit d'innovation du secteur privé. D'autant que l'essor numérique redéfinit les règles du jeu concurrentiel avec la montée des plateformes de mise en relation et du risque d'ubérisation du secteur.

 

ENJEUX STRATÉGIQUES DES ACTEURS

 

LE SECTEUR FACE À LA RÉVOLUTION NUMÉRIQUE

 

L'ÉMERGENCE DES PLATEFORMES ET DE L'UBÉRISATION

 

La révolution des usages

L'émergence des plateformes d'intermédiation

La reconfiguration du secteur par les acteurs digitaux

L'échec d'Homejoy et les enseignements à en tirer

Les différentes plateformes présentes en France

Les modèles d'affaires des plateformes

Les implications pour les prestataires de SAP

 

LES ENJEUX LIÉS À LA MARQUE

 

Afficher une marque évocatrice sur un marché déstructuré

Introduire la connotation numérique dans sa marque…

…et la dimension relationnelle

Se muer en marque média

Optimiser sa politique multicanal

Saisir les opportunités offertes par les réseaux sociaux

Mener une politique de community management

Renforcer les dispositifs de jugement et de connaissance

 

REPENSER SON OFFRE POUR STIMULER LA DEMANDE

 

MONTER EN GAMME POUR REVALORISER LES SERVICES

 

Identifier les facteurs rendant impératif un saut qualitatif

Choisir entre 3 options stratégiques

Appréhender les prérequis pour impulser la qualité

Passer du transactionnel au serviciel

Miser sur les offres de bouquets

Utiliser le mode de croissance adapté à sa stratégie

Un exemple d'acteur misant sur les bouquets : Axeo

Redresser l'image et l'attractivité du secteur et des métiers

 

DE LA CONCURRENCE À LA COOPÉTITION

 

Les SAP : un secteur favorisant les logiques écosystémiques

Présentation des membres de l'écosystème SAP

Les nouveaux critères de segmentation dans le secteur

Les plateformes en passe de diriger le secteur des SAP ?

Les partenariats dans les services à la personne

 

MARCHÉ & CONCURRENCE

 

LES FORCES EN PRÉSENCE

 

LES GÉNÉRALISTES

 

Adecco à domicile ; Axeo Services (La Poste) ; Azaé ; Confiez-nous ; Domia Group ; Domidom ; Junior Senior ; Millepatte ; O2 Care Services ; Solutia ; Tout à dom Services ; Viadom

 

L'AIDE AUX PERSONNES DEPENDANTES

 

Adhap Services ; Advitam ; AD Seniors ; Âge d'Or Services ; AidADomi ; Bien à la maison ; Coviva ; Groupe Destia ; DomusVi Domicile ; Senior Compagnie ; Vitalliance ; Vitame

 

L'ENTRETIEN DE LA MAISON

 

Maison & Services

 

LA GARDE D'ENFANTS

 

Babychou Services ; Family Sphère ; Kangourou Kids ; Yoopala Services

 

LE SOUTIEN SCOLAIRE

 

Anacours ; Complétude ; Cours Legendre ; Domicours

 

L'ASSISTANCE INFORMATIQUE

 

Docteur Ordinateur ; Solutions 30 (PC30 et Mulot Déclic)

 

LES ASSOCIATIONS

 

ADMR ; UNA ; Adessadomicile

 

LE MARCHÉ DES SERVICES À LA PERSONNE

 

LES FONDAMENTAUX DES SAP

 

Les éléments de cadrage : chiffres clés des SAP, modes de recours, mesures réglementaires, aides de l'Etat, structure de coûts et évolution des marges des entreprises entre 2009 et 2015, pouvoir d'achat des ménages, etc.

Les forces en présence : structure du paysage concurrentiel, positionnement et chiffres clés des principaux acteurs privés, positionnement selon la taille et les services couverts

Le cadre sociodémographique : natalité, taux d'activité des femmes, politiques publiques en matière de petite enfance, garde d'enfants, population scolaire, espérance de vie à 60 ans, nombre de seniors, montant mensuel des retraites, situation résidentielle des seniors, etc.

 

LES PERFORMANCES FINANCIÈRES DES ACTEURS ENTRE 2009 ET 2015 PAR SEGMENT DE MARCHÉ

 

Les principaux indicateurs financiers : évolution du chiffre d'affaires, prévisions 2018 pour l'ensemble du marché, poids des AACE et des frais de personnel, taux d'EBE et de résultat net

Le récapitulatif des états financiers du secteur : bilan et compte de résultat des entreprises

 

LES STATISTIQUES CLÉS DU SECTEUR

 

Les particuliers employeurs : nombre, répartition par type de services, mode de déclaration et mode de recrutement

Les organismes de SAP : nombre, répartition par statut

Les salariés : nombre, répartition par type d'employeur

Les heures travaillées : nombre total d'heures, volume d'heures par salarié selon le type d'employeur, volume d'heures prestataires par type d'organisme

Le panorama par marché : garde d'enfants, ménage et services de confort, assistance aux personnes dépendantes

 

LES INDICATEURS ÉCONOMIQUES ET FINANCIERS DE 150 ENTREPRISES

 

http://www.xerfi.com/presentationetude/Les-services-a-la-personne-face-a-la-revolution-numerique_7SME50

 

 


#Deux rapports parlementaires remis pour poursuivre la mise en oeuvre de la loi ASV

Le 15 novembre 2016, Mme Joëlle HUILLIER, Députée de l’Isère et M. Georges LABAZEE, Sénateur des Pyrénées-Atlantiques, se sont vus confier par le Premier Ministre deux missions parlementaires. Le 22 mars 2017, ils ont rendu leurs rapports et préconisations à Pascale BOISTARD, Secrétaire d’Etat chargée des Personnes âgées et de l’Autonomie

« A travers ces deux missions et leurs solides propositions, il s’agit de poursuivre la réflexion sur la question du vieillissement, qui doit être envisagée comme une réelle chance. Consolider les droits existants, en créer d’autres : c’est là tout l’objectif des travaux que nous menons depuis le début du quinquennat et qui nous permettront d’être à la hauteur de ce défi historique », explique Pascale BOISTARD.

Lire aussi : Application de la loi d’adaptation de la société au vieillissement : Pascale Boistard à l’écoute des départements

Mme Joëlle HUILLIER s’est vue confier la mission d’étudier le « baluchonnage », qu’elle a renommé « relayage ».

Pascale BoistardNouvelle formule de répit des aidants, le relayage est expérimenté par un certain nombre de structures en France. Il consiste en une intervention d’au moins 2 jours et 1 nuit d’un professionnel au domicile de la personne âgée.

L’ensemble des acteurs et organisations rencontrés soutient ce dispositif et met en avant son intérêt tant pour la personne âgée, que le proche aidant et le relayeur.

Le rapport préconise notamment un modèle d’organisation du relayage en France.

> Télécharger le rapport de Joëlle Huillier

M Georges LABAZEE s’est vu confier la mission de mener une réflexion sur la tarification et les perspectives d’évolution des services d’aide et d’accompagnement à domicile (SAAD)

Malgré de nombreux rapports réalisés sur l’aide à domicile ces dernières années, les SAAD continuent de rencontrer des difficultés financières, devenues structurelles pour certains.

Le rapport permet de disposer d’un état des lieux circonstancié des différentes pratiques tarifaires menées dans les départements et de repérer des solutions reproductibles.

> Télécharger le rapport de Georges Labazée 

« Formations, échanges de bonnes pratiques, poursuite de la mise en œuvre des outils créés par la loi ASV sont autant de préconisations que je soutiens et que j’espère voir se développer dans les années à venir », déclare Pascale Boistard.

En conclusion, ces deux rapports s’inscrivent dans une volonté de respecter au mieux le choix de nos aînés qui sont 80% à vouloir rester le plus longtemps possible à domicile. Ils tendent à apporter des solutions nouvelles et adaptées aux demandes de ceux qui accompagnement dans leur quotidien les personnes en perte d’autonomie.


#Dynamisme : l'association des enseignes de SAP adhère à la FESP

Signature de la convention d'adhésion de l'AESP à la FESP : O. Peraldi (DG Fesp), S. Gambiez (présidente AESP).Signature de la convention d'adhésion de l'AESP à la FESP : O. Peraldi (DG Fesp), S. Gambiez (présidente AESP).

Structuration Dynamisme : l'association des enseignes de SAP adhère à la FESP

L'AESP a annoncé son adhésion à la FESP lors d'un point presse, à Paris. Cette nouvelle configuration complète le rassemblement des acteurs entrepris par la fédération avec pour objectif de poursuivre la structuration du secteur des services à la personne au service du développement des structures et de l'activité.

Regroupant les plateformes d'intermédiation entre les ménages et les structures réalisant des services à leur domicile, l'Association des enseignes de services à la personne (AESP) a signé une convention d'adhésion à la Fédération des services aux particuliers (FESP) afin de joindre leurs efforts en faveur de la structuration du secteur des services à la personne (Sap), lors d'un point presse mardi 28 mars 2017, à Paris.

A côté d’Olivier Peraldi, directeur général de la FESP, la présidente de l'AESP, Sophie Gambiez (Viavita / Crédit agricole), s'est félicitée de rejoindre la FESP avec pour objectif le développement de l’activité économique et de l’emploi pour l'ensemble des acteurs du secteur. Entre autres axes de travail auxquels va participer activement l'AESP figurent la promotion de la liberté de choix du bénéficiaire, mais aussi la pérennité et la dynamique des acteurs qualitatifs du secteur face à l'émergence de nouveaux business models appuyés essentiellement sur une offre low cost, faiblement sécurisante pour les ménages et peu protectrice pour les intervenants à domicile.

 Le 21e métier des Sap

Les structures qualifiées par les pouvoirs publics d'"enseignes" réalisent une activité de coordination et délivrance des Sap par des organismes déclarés auprès des services de l’Etat (Direccte). Elles s’adressent à des personnes qui souhaitent se faciliter la vie en confiant à un organisme l’organisation des prestations de Sap qui seront rendues à leur domicile. Ces organismes rendent ainsi une prestation d’intermédiation qui, elle-même, ouvre droit aux avantages fiscaux des Sap.

La mise en relation consiste à rapprocher un particulier d’un prestataire en vue de la délivrance d’un service à la personne à son domicile par unorganisme agréé et/ou déclaré que l'enseigne aura préalablement sélectionné sur la base d'un cahier des charges qualitatif.

Au-delà de la simple mise en relation, les enseignes assurent également le suivi de la prestation proprement dite au domicile au regard de critères qualité et d'outils d'évaluation (enquêtes satisfaction, gestion des réclamations, etc.). L'enseigne peut en outre et le cas échéant assurer l’organisation du changement de prestataire, la facturation globale (intermédiation et les prestations rendues au domicile), ainsi que l’envoi de l’attestation fiscale.

Les principaux membres de l'AESP sont la filiale d'Europ'Assistance, Bien être à la carte, celle de Groupama, Mutuaide, celle du Crédit agricole, Viavita, ainsi que Personia d'Adomi ADMR, Fil'Assistance du groupe Assuristance (CNP Assurances), Domiserve et Serena d'IMA. L'ensemble des membres de l'AESP seront réunis régulièrement par la FESP au sein d'une commission et de groupes de travail traitant de leurs enjeux juridiques, économique et sociaux spécifiques.

 


#Service de répit des proches aidants : le relayage remplace le baluchonnage

 

 

proche aidant-UNE

© Vchalup-Fotolia

 

Le 22 mars, Joëlle Huillier, députée de l’Isère et rapporteure, en 2014-2015, du projet de loi relatif à l’adaptation de la société au vieillissement, a présenté un rapport « Du baluchonnage québécois au relayage en France : une solution innovante de répit ». Il vise à examiner de quelle manière les dispositions touchant au service de répit des proches aidants, inspiré par le baluchonnage québécois et naguère retoqué par le Sénat, pourraient être mises en œuvre en France. Fruit de deux mois de consultations d’une centaine d’acteurs du secteur, le rapport évoque quatre préconisations. Même si le volet financier des mesures doit passer par le vote d’une loi de finances rectificative ce qui reporte sa mise en œuvre au mieux en 2018, la rapporteure se dit confiante sur son application.

 

Le baluchonnage est cette pratique d’origine québécoise visant à permettre aux aidants de personnes âgées dépendantes, via le relais de services d’aide à domicile, de souffler quelques jours.

L’article 37 du projet de loi relatif à l’adaptation de la société au vieillissement avait été retoqué en première lecture par le Sénat en mars 2015. En cause : l’incompatibilité de la transposition du modèle québécois, qui prévoyait des interventions plusieurs jours et nuits d’affilée, avec le droit du travail français, selon lequel ces interventions ne peuvent excéder dix heures d’affilée (douze sous dérogation) pour les prestataires privés.

Mais le rapport indexé précisait, dans son article 2, qu’une étude serait faite ultérieurement sur la possible transcription de la formule en France.

Une centaine d’acteurs auditionnés

Le rapport actuel est le fruit de deux mois de consultations d’une centaine d’acteurs du secteur. « Nous avons auditionné les représentants de la plupart des expérimentations ayant cours en France à l’heure actuelle. Mais aussi des professionnels (baluchonneurs ou relayeurs, aidants familiaux), des institutions (fédérations d’associations gestionnaires de services aux personnes âgées et dépendantes, organisations syndicales, caisses de retraite…), ainsi que tous les services de l’État concernés par l’autonomie des personnes âgées (DGCS, CNSA, direction du travail, ARS, conseillers départementaux…) », précise Joëlle Huillier.

Dans le texte, le terme de baluchonnage, modèle déposé et spécifique au droit du travail québécois, moins protecteur que le nôtre, a été remplacé par celui de relayage. Le terme ne s’appliquerait qu’à partir de 36 heures continues : en-dessous, on parlera d’aide au répit. Le rapport édicte quatre préconisations :

Une sécurisation du mode d’exercice

« Les modalités observées sont assez disparates : services publics, y compris service civique ; privé lucratif ou non, parmi lequel des autoentrepreneurs ou des interventions de gré à gré, où les intervenants ne sont pas toujours formés de manière optimale, regrette Joëlle Huillier. Ces compétences doivent être mieux vérifiées et encadrées. »

Deux outils sont prévus :

  • l’établissement d’une charte du bon emploi du relayeur. L’aidant sera sécurisé par la signature d’un contrat de mission avec le relayeur et éventuellement le service dont ce dernier est salarié. Au terme de la mission, un partage d’expérience est prévu entre les parties ;
  • la création d’une plateforme présente 24 h/24 et 7 jours sur 7, visant à superviser l’ensemble des questions et problèmes éventuels.

L’attribution d’une aide financière

Elle pourra aller jusqu’à 500 euros annuels, sur le modèle de la subvention d’aide au répit prévue par la loi, mais, contrairement à cette dernière, non dépendante de l’APA.

La mise en place d’expérimentations

Celles-ci sont de deux sortes. Trois expérimentations départementales, menées au terme d’un appel d’offres, viseront à évaluer la pertinence du rapport prestation-coût. Une étude plus globale, comparant les départements expérimentateurs avec trois départements similaires sur le plan socio-économique.

Objectif : chiffrer l’impact exact de la mesure sur le taux d’hospitalisation, la consommation de médicaments et la santé morale et physique des aidants accompagnés.

Un comité de pilotage national

Placé sous la houlette des principaux services de l’État, il aura pour mission de chapeauter l’ensemble du dispositif. « Nous souhaitons que ce comité se mette en place très vite, avec la réunion de trois groupes de travail », précise Joëlle Huillier.

Pas avant 2018

Côté calendrier, outre les modifications législatives touchant au droit du travail, le volet financier des mesures doit passer par le vote d’une loi de finances rectificative : ce qui porte l’avancée du projet au mieux au dernier trimestre 2017, pour une mise en place en janvier 2018. Soit après l’échéance présidentielle et le changement de gouvernement.

« Je reste pleinement confiante, car la loi ASV est l’une des rares votées à l’unanimité. Tous les acteurs savent que l’aide au répit est indispensable. La question est d’autant plus cruciale que le nombre d’aidants ne va qu’augmenter dans les années à venir », déclare Joëlle Huillier.


#Baluchonnage - relais à domicile : de nouvelles initiatives dans la Creuse et en PACA

Aux Assises nationales du vieillissement ces 7 et 8 mars à Marseille, de nombreuses initiatives et expériences ont été présentées pour relever le défi de la longévité sur les territoires. L'aide et le soutien aux aidants a été particulièrement mis en avant. Avec un zoom sur le "baluchonnage" et sur des équipes de répit à domicile.

Marseille : des relayeurs des proches aidants Baluchonnage - relais à domicile : de nouvelles initiatives dans la Creuse et en PACA | AgeVillage
Le centre gérontologique départemental des Bouches du Rhône (CDG13) a reçu des financements pour proposer une équipe de répit à domicile composé aujourd'hui d'une coordinatrice et de 6 relayeurs qualifiés dans l'accompagnement de la personne âgée et de ses proches.

L'équipe assure le remplacement de l'aidant au domicile de jour comme de nuit, pour une durée comprise entre 2 et 5 jours. Chaque relayeur/relayeuse travaille 12,5 heures d'affilée.

 

Le contact s'effectue auprès de la coordinatrice qui organise une visite de préadmission afin d'élaborer le contrat de prestation de service et du devis.

Les aides financières du département pour constituer le service permettent à celui-ci de proposer des tarifs serrés : de 50 à 65 euros par jour et de 65 à 80 euros par nuit, selon les revenus, avec une prise en charge possible dans le forfait "droit au répit" des aidants en complément de l'Apa : allocation personnalisée d'autonomie.

Chaque relais est précédé d'une journée de prise de contact au domicile, en présence de l'aidant, afin de faire connaissance de la maison et s'initier aux habitudes du proche. Un journal d'accompagnement est rédigé tout au long de l'intervention.

"Je suis fière de l'accueil et de la confiance que m'expriment les proches aidants" souligne Khemiche, relayeuse du CDG 13, "dommage que nous ne puissions être plus nombreux pour soulager les proches aidants qui ont besoin de souffler, de se soigner... Le besoin est bien réel."

Contact pour un relais limité à l'agglomération marseillaise : Anaïs Gerbault, coordinatrice, 06 34 20 02 50 - 04 91 12 74 00 - anassif.cdg13@e-santepaca.fr - Centre Gérontologique Départemental 176 avenue de Montolivet BP 50058 13375 Marseille Cendes 12 - www.cgd13.fr

Allô Répit Ouest Creuse
Dans la Creuse, le Conseil départemental a décidé d’expérimenter la prise en charge des prestations d’Allô Répit Ouest Creuse dans le cadre de l’Apa à domicile. Le service est proposé en lien avec une maison de retraite médicalisée : l’établissement d’hébergement pour personnes âgées dépendantes (Ehpad) de Bénévent-L’Abbaye.

Un personnel qualifié de l’établissement (aide-soignant) se rend au domicile de la personne souffrant de troubles liés à la maladie d’Alzheimer notamment et remplace l’aidant à l’identique, jour et nuit. Le service est limité à 30 jours par an et peut être pris en charge (totalement ou partiellement selon le personnel disponible) sur le plan d’aide Apa à domicile du bénéficiaire.

Trois forfaits peuvent être proposés :

  •  Forfait semaine (du lundi au samedi hors jours fériés) : 30 €/jour pour moins de 12 heures, 40 €/jour entre 12 et 24 heures ;
  •  Forfait dimanche et jour férié : 40 € pour moins de 12 heures, 60 € entre 12 heures et 24 heures ;
  •  Forfait week-end : 90 € (48 heures maximum).


Contact : Service Allô Répit au 05 55 62 60 35 ou par courrier Ehpad Pélisson Fontanier – Service Allô Répit – 1, rue de la Chicanelle – 23210 Bénévent-l’Abbaye.



Page précédente    1 2 3 4 5 6   Page suivante


Calendrier
« Juin 2018 »
Lu Ma Me Je Ve Sa Di
123
45678910
11121314151617
18192021222324
252627282930
Livre d'or

Dernier message :

"Chère Madame, Je souhaite vous remercier de votre intervention rapide. Cela fait 10 jour que je dormais pas depuis la sortie d'hospitalisation de mon époux. Encore merci de votre rapidité, merci à vo...

par Lucie Rossignol

Aller sur le livre d'or

Météo

Dimanche

min. 13 ° max. 24 °
Partiellement nuageux

Lundi

min. 13 ° max. 25 °
Ciel dégagé

Mardi

min. 14 ° max. 27 °
Ciel dégagé
Dons
Twitter
Enfance : la PMI s?interroge sur ses missions -  Gazette Santé Social: https://t.co/QdTYC0Gd4j
le 20/02/2018
#Garde malade à Domicile 24h/24 et 7j/7 à Sartrouville 0699942039
le 28/11/2017
Le 26 juin dernier, Colisée a signé une convention de partenariat avec le réseau Villes Amies des Ainés. Une allianc?https://t.co/JYAIJCcyBK
le 27/09/2017
#RELAIS EMPLOI DIRECT Annonces gratuites services à domicile ... https://t.co/AwQDyjZdbm
le 11/09/2017
Vendredi lecture : les bienfaits de la lecture à voix haute | Pratique.fr https://t.co/yQVwVfE5LM
le 02/06/2017